hearth Newsletter

hearth

hearth Newsletter instagram card

Ma démarche

1 Rien n'est beau sans qualité

La qualité est ma préoccupation n°1 depuis toujours.
Les beaux fils doux, qui rendent bien la couleur, qui permettent
de tricoter des pulls qui durent et qui soient le plus éco-friendly
possible sont rares. Les jolis pulls bien tricotés et confectionnés
dans ce type de fils sont encore plus rares ! Voici ma quête !
Je choisis des fils en matières naturelles. Parce que c’est bien
plus beau et agréable que le synthétique, parce qu’il s’agit de
ressources renouvelables, parce que ça «respire» et les propriétés
associées sont plus intéressantes.
Les fibres synthétiques comme le polyester, le polyamide,
l’acrylique sont issues de réactions chimiques à partir
d’hydrocarbures. Il s’agit plus ou moins du même procédé que
celui utilisé pour faire un objet en plastique.
Est-ce que ça a du sens de se couvrir de plastique ?

2 Renouer avec le fait main

Mon pull préféré est mon pull rose tricoté par mon amie
Raphaëlle, créatrice de la jolie mercerie Cousine à Paris.
Elle l’a tricoté à la main et y a mis tout son coeur.
J’ai pris le temps d’y réfléchir, de choisir la couleur, d’échanger
avec Raphaëlle sur la matière, la forme, les boutons.
Aujourd’hui nous poursuivons cet échange sur le choix des
modèles et Raphaëlle tricote les prototypes à la main.
C’est magique et tellement satisfaisant.
Ensemble, nous imaginons de jolis ateliers autour de la maille
et de la créativité pour partager notre passion avec vous
découvrir ici nos ateliers.

3 Fabriquer dans de petites usines proches et consciencieuses

Fabriquer dans de petites usines proches et consciencieuses
en respectant leur rythme et à un prix équitable pour tous.
Pour produire mes pulls tricotés machine, il était primordial de
trouver un fabricant de confiance, proche et intégré.
J’ai rencontré Marzia. Sa petite usine se trouve près de Venise.
Sa maman fait encore les patronages, ses oncles, tantes, frères…
travaillent dans l’usine. Elle a traversé la crise des fabricants
grâce à beaucoup de travail de toute sa famille, à son savoir-faire,
à la fidélité des marques avec lesquelles elle travaille.
Marzia a un vrai savoir-faire très précieux en maille mohair.
En effet, un fil 100% fibre naturelle nécessite de réajuster
minutieusement ses réglages de lavage et de séchage à chaque
lot et à chaque couleur. Il faut aussi savoir tricoter avec le bon
serrage qui optimisera son rendu. Je me suis rendue dans son
usine et j’échange régulièrement avec elle (elle parle très bien
Français !) pour mettre au point tous ces réglages.
Marzia fabrique mes pulls comme si c’était les siens.

4 Produire moins, vendre au prix juste

Je suis animée par l’envie de créer des pulls très qualitatifs,
durables et éthiques. Tout cela a un coût. J’ai donc choisi de faire mes
pulls lentement, de les améliorer avec le temps, de les faire durer,
de faire peu de modèles et de lancer de petites productions qui
seront réassorties. En vendant directement sur internet ou en pop up store, je pratique un coefficient minimum. Je ne ferai donc pas de soldes. Je suis convaincue qu’il nous faut aller vers du « moins mais mieux » mais je n’ai pas envie d’abandonner les looks fantaisie que j’aime tant comme porter mon pull rose avec un pantalon doré vintage ! Pour présenter mes pulls aux couleurs vitaminées, j’ai pioché dans mon vestiaire et j’ai chiné des pièces vintage.

5 "J'aime mon pull"

Bien réfléchir à son achat, aimer son pull, c’est une réelle solution
pour réduire son impact écologique. D’où ma volonté de faire
des pulls durables et qui font du bien, Je souhaite également vous proposer des ateliers pour les soigner, les broder et même les tricoter.

DECOUVRIR NOS PULLS