hearth Newsletter

hearth

hearth Newsletter
instagram card

La ferme aux 4 vents

Audrey et Mathieu sont frère et soeur. Ils ont redonné vie à la ferme de leurs grands-parents dans le Périgord noir en 2010 et se sont lancés dans l’élevage de chèvres angora. Ils ont aujourd’hui 250 chèvres angora et quelques vaches lowline nouvellement arrivées.

 

          

 

Mathieu cultive lui même-son fourrage, élèvent ses chèvres, tond et trie son mohair puis Audrey se charge de le faire laver, peigner, filer et teindre en Italie. Ils maitrisent et tracent toute la chaine afin de proposer des fils d’une douceur et d’une qualité hors du commun. A la ferme, souvent ouverte aux visites, ils vendent des pelotes et même des pulls et des bonnets tricotés main.

 

Mon gilet Margot est fabriqué dans ce fameux « pur mohair » du Mohair aux 4 vents et nous en sommes très fiers avec Audrey et Mathieu !

Dans cet audio, j’ai voulu leur donner la parole pour qu’ils vous racontent leur métier d’éleveur et leur vie à la Ferme des 4 Vents.

Après cet enregistrement, nous avons déjeuné ensemble et j’ai posé des questions à Mathieu sur les élevages australiens, le Mulesing, les parasites… J’ai regretté que ces paroles ne soient pas dans l’enregistrement alors je vous rapporte quelques uns de ces propos ici :

« Penser que les animaux sont forcément mieux traités dans des petits élevages est une erreur. Il n’y a pas de règle et parfois les petits élevages, par manque de moyens ou de professionnalisme, sont loin d’être exemplaires. Souvent les grands élevages sont bêtement décriés à tort ».

« Il faut savoir que les éleveurs ont intérêt à bien traiter leurs animaux car, pour obtenir un poil fin, doux et de qualité, il faut un animal bien nourri et heureux ».

« Les animaux, c’est comme chez nous les humains : parfois certains sont différents, hors normes. C’est la nature. Le mouton mérinos, c’est un mouton naturel. C’est vrai que la race a été optimisée par la sélection des reproducteurs mais, à la base , c’est quand même un mouton qui existe à l’état naturel. C’est comme pour nos chèvres. On choisit les meilleurs animaux pour la reproduction mais notre chèvre angora n’en n’est pas moins une chèvre « naturelle » qui existe depuis la nuit des temps ».

 

                     

 

 

           

Photos Studio Guy Souillac- Emilie Humbert