hearth Newsletter

hearth

hearth Newsletter
instagram card

Votre avis

« Merci de faire des pulls en mohair, modernes ,colorés..faits de belle façon »

« Ce petit mot pour vous dire que le pull est bien arrivé , et que la jeune fille à qui je l offrais l’a adoré (le pull est très beau, et il lui va à ravir) »

« Je l’aime trop ce joli pull. Je souhaiterais à toutes les femmes d’avoir un pull comme ça un jour ».

« Le pull Paulette fut l’un de mes plus beaux cadeaux de Noël »

« En général, j’ai « peur » de porter les beaux vêtements que j’adore de crainte de les abîmer – ce qui est stupide, car on finit en général par ne plus les aimer sans les avoir portés, bref 😉 Les vôtres ne vieillissent pas, aucune bouloche, pas de déformation. Je ne les ai pas encore lavés, mais les conseils sur votre site donnent complètement confiance. »

« Merci d’enchanter notre quotidien en osant la couleur »
« Quand je porte mon pull violet court à manches bouffantes ou mon pull robe Gigi vert, je vois la vie en couleur et j’adore ça ! »
« Le Margot gris est celui que je porte le plus car il s’accorde avec tout mais mon préféré est le chacha rouge. La coupe est dingue et la couleur sublime. « 
« Vos créations colorées sont de qualité et donnent de l’énergie positive! »
« Et depuis, je suis tellement ravies. C’était un budget mais quelle qualité!! »
« la laine est dingue. Je les ai lavés avec la lessive que vous préconisiez, ils sont comme neufs. Et … cerise sur le gâteau, évidemment, je n’ai que des compliments quand je les porte. »
« Donc pour résumer : vos produits sont magiques et je dois dire qu’ils valent TOTALEMENT leur investissement financier.
Aucun regret car ce sont des pulls que je pense garder très longtemps.
Merci donc pour cette top qualité ! C’est rare et très estimable. »
« Mon pull, je l’adore!! J’aime ses couleurs, sa forme, je me sens bien dedans. »
« J’ai pour ma part  acheté le gilet rouge avec les boutons en bois. Il a été mon gilet de l’hiver, je l’ai beaucoup porté fermé, essentiellement avec des tee-shirts manches longues dessous.  Je ne l’ai pas lavé, car il est ample, il est comme neuf ! »

« J’étais obligée de répondre à votre mail que j’ai lu… avec mon Milly noir sur le dos :-). Il est super confortable, va avec toute ma garde-robe, et n’a pas bougé (je ne l’ai pas encore lavé). »

« Je ne regrette pas du tout cet investissement ! »
« Mes retours c’est : des pulls vraiment d’une qualité irréprochable! Des coupes très belles et assumées! »
« J ai récupéré le bonnet à l instant il est waouh je suis enchantée 🥰. »

Le pull Kika de A à Z

Je prends le temps. Rien ne me presse car mes produits vont durer. Je ne les fais pas pour une saison mais pour plusieurs. J’imagine (et j’espère !) que ma cliente va garder son pull longtemps aussi. Alors la notion de délai n’est plus du tout la même. Dans mon travail de création, c’est la même chose, je prends du temps. Je dessine des dizaines voire des centaines de pulls mais je dois faire des choix, chercher le pull préféré…et ça, c’est le casse-tête et ça me prend du temps !

La couleur est aussi une source d’inspiration très forte. Réfléchir à un modèle, c’est forcément réfléchir à sa couleur et ça, ça va plutôt vite.

Pour le Pull kika, J’ai vu une photo d’un champ Japonais de fleurs roses et jaunes au Japon de @8nabi et cela m’a vraiment donné envie de faire un pull dans ces 2 couleurs.

        

Alors, je suis allée chez Raphaëlle (mercerie Cousine) et nous avons cherché les bonnes couleurs de mohair et elle a ensuite tricoté un prototype. Ce prototype nous a conforté dans l’idée que ce modèle était vraiment beau et nous avons pu bien placer le motif.

Voir le prototype prendre forme en tricot main c’est magique et puis cela a fait gagner beaucoup de temps par la suite et aidé à la compréhension du programmateur qui, lui, devait faire un programme informatique pour la machine à tricoter industrielle.

Entre temps, j’ai cherché une qualité de fil qui pouvait se tricoter industriellement et qui soit adaptée à ce modèle. J’ai cherché la plus belle qualité de mohair et je voulais un fil 100% naturel. Sans polyamide. Le fil en 70% superkid mohair et 30% soie que j’ai choisi est vraiment magnifique. Les fibres qui le constituent sont longues et très fines d’’où un fil très doux, léger et qui n’aura pas tendance à boulocher.

J’ai travaillé avec un petit atelier de tricotage près de Venise dans lequel Marzia fait « comme pour elle ».

En premier, nous avons validé des swatches de mailles pour choisir la jauge, les serrages, le lavage.

Ensuite, grâce à ma fiche technique détaillée et grâce à la visualisation du pull tricoté à la main, Marzia a fabriqué un prototype qui a été quasiment parfait du premier coup !

        

J’ai fabriqué une toute petite première production que Marzia a tricoté en septembre 2019.

Vous avez aimé ce modèle car il est ma première vente. Je compte bien le prolonger à l’infini et jouer avec les couleurs pour le prochain hiver. Pour ma deuxième production de ce pull, j’ai prévu de demander à Marzia de resserrer un peu la maille et ajuster un peu les mesures car je pense que la taille 0/1 était un peu grande. Je réfléchis à faire une taille 4/5 car plusieurs d’entre vous me l’ont demandée. Voilà !

    

 

 

Dans les coulisses de @studio.pollen

Lorsque Jennifer Sath, une photographe talentueuse que je connais à peine me propose de faire un petit reportage photos chez une de mes « followeuses Instagram » qui aurait un univers chouette, j’ai trouvé l’idée super et j’ai vite pensé à Coralie @studio.pollen qui m’a accueillie les bras grands ouverts. Coralie est une jeune trentenaire pleine d’idées, de gentillesse et de talents qui, après être passée par Paris, a décidé de retourner dans la ville de son enfance pour se consacrer à sa passion : les fleurs ! Elle change tout tout le temps dans son atelier, fourmille de projets créatifs et est heureuse mais alors vraiment heureuse de faire ce qu’elle fait ! J’adore son univers, ses mots, ses fleurs colorés. Je vous laisse la découvrir…

 

       

 

          

 

      

 

     

 

    

 

 

       

 

Les coulisses de notre séance photo

Mission impossible : trouver un pré fleuri en plein mois de juillet après trois jours de canicule ! Vive instagram, Emilie trouve une photo du pré de nos rêves sur le compte d’une fan de nature. Deux jours plus tard, nous voilà parties sur les petites routes d’Ile de France, pour notre séance photos et un bon pique-nique.

 

                       

 

                                                      

 

                                 

 

 

 

 

               

 

 

         

 

          

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La ferme aux 4 vents

Audrey et Mathieu sont frère et soeur. Ils ont redonné vie à la ferme de leurs grands-parents dans le Périgord noir en 2010 et se sont lancés dans l’élevage de chèvres angora. Ils ont aujourd’hui 250 chèvres angora et quelques vaches lowline nouvellement arrivées.

 

          

 

Mathieu cultive lui même-son fourrage, élèvent ses chèvres, tond et trie son mohair puis Audrey se charge de le faire laver, peigner, filer et teindre en Italie. Ils maitrisent et tracent toute la chaine afin de proposer des fils d’une douceur et d’une qualité hors du commun. A la ferme, souvent ouverte aux visites, ils vendent des pelotes et même des pulls et des bonnets tricotés main.

 

Mon gilet Margot est fabriqué dans ce fameux « pur mohair » du Mohair aux 4 vents et nous en sommes très fiers avec Audrey et Mathieu !

Dans cet audio, j’ai voulu leur donner la parole pour qu’ils vous racontent leur métier d’éleveur et leur vie à la Ferme des 4 Vents.

Après cet enregistrement, nous avons déjeuné ensemble et j’ai posé des questions à Mathieu sur les élevages australiens, le Mulesing, les parasites… J’ai regretté que ces paroles ne soient pas dans l’enregistrement alors je vous rapporte quelques uns de ces propos ici :

« Penser que les animaux sont forcément mieux traités dans des petits élevages est une erreur. Il n’y a pas de règle et parfois les petits élevages, par manque de moyens ou de professionnalisme, sont loin d’être exemplaires. Souvent les grands élevages sont bêtement décriés à tort ».

« Il faut savoir que les éleveurs ont intérêt à bien traiter leurs animaux car, pour obtenir un poil fin, doux et de qualité, il faut un animal bien nourri et heureux ».

« Les animaux, c’est comme chez nous les humains : parfois certains sont différents, hors normes. C’est la nature. Le mouton mérinos, c’est un mouton naturel. C’est vrai que la race a été optimisée par la sélection des reproducteurs mais, à la base , c’est quand même un mouton qui existe à l’état naturel. C’est comme pour nos chèvres. On choisit les meilleurs animaux pour la reproduction mais notre chèvre angora n’en n’est pas moins une chèvre « naturelle » qui existe depuis la nuit des temps ».

 

                     

 

 

           

Photos Studio Guy Souillac- Emilie Humbert

Mes chouettes friperies à Paris

 

                

 

 

 

 

 

 

Les merceries à découvrir

Mercerie Cousine : 30 rue Saint-Ambroise, 75011 Paris.

Chez Raphaëlle, pour trouver de belles laines et du mohair dans de très jolies couleurs.

          

 

 

Mercerie Ultramod : 3-4 rue de Choiseul 75002 Paris.

Des centaines de boutons plus beaux les uns que les autres et classés par style et par couleur. Souvent anciens. C’est très beau.

 

Dam boutons : 46 rue D’Orsel 75018 Paris.

Des boutons du sol au plafond.

 

Lili et Daniel depuis 1860 : Stand 6 Marché Vernaison- 99 rue des rosiers aux puces de Saint Ouen.

Pour trouver des perles et parsemer son vieux pull de perles colorées. Vous remplissez votre gobelet de dizaines de perles différentes.

       

 

La Droguerie 9-11 rue du jour à Paris. « Une institution » que vous connaissez toutes pour les perles, la laine, les rubans…

         

 

Henry Henriette – 8 rue des 3 croissant à Nantes.